Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de delices2douce.over-blog.com
  • Le blog de delices2douce.over-blog.com
  • : Ce blog est dédié à tous ceux et celles pour qui la cuisine est avant tout un plaisir à partager en famille ou entre amis.
  • Contact

Recherche

23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 17:11
Tajine de lotte

Un plat aux saveurs exotiques, qui fera merveille !

Ingrédients pour 4 personnes : 1 kg de queue de lotte, 300 g de tomates pelées, 12 olives noires dénoyautées, 1 oignon, 2 gousses d’ail, 2 citrons confits, 1 petit piment, 1 dosette de safran, 1 cuil. à café de curcuma, 1 bouquet de basilic, 3 cuil. à soupe d’huile d’olive, sel, poivre

 

Couper la lotte en tronçons. Peler l’oignon et l'émincer. Peler l’ail. Rincer le piment, les retirer les graines et l'émincer. Couper les citrons confits en petits morceaux. Rincer et effeuiller le basilic.
Faire chauffer 2 cuil. à soupe d’huile dans une cocotte. Faire revenir l’oignon et l’ail 2 min. Saler, poivrer. Ajouter les olives, les tomates avec leur jus et le piment. Saupoudrer de safran et de curcuma. Laisser mijoter 10 min en mélangeant.
Saisir la lotte avec l’huile restante dans une sauteuse. Saler, poivrer. L'ajouter dans la cocotte avec les citrons confits et du basilic ciselé. Laisser cuire 20 min à couvert.
Servir le tajine avec de la semoule de couscous ou des pommes de terre vapeur.

Repost 0
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 19:57
Cassolettes de crème brûlée au foie gras

Bientôt le réveillon ! Vous souhaitez surprendre vos invités, voici une entrée apéritive délicieuse. Goûtez donc la crème brûlée au foie gras. Prête en un rien de temps, elle fera l'unanimité.

Ingrédients pour 4 personnes : 100 g de foie gras cuit ou mi-cuit, 15 cl de crème liquide, 1 jaune d'oeuf,  un peu de cassonade, fleur de sel et poivre, facultatif un peu de mélange 4 épices (cannelle, girofle, muscade, poivre)

Préchauffer un bain marie à 110° C (th. 4).

Mixer le foie gras avec la crème afin d'obtenir une préparation homogène. Fouetter le jaune d'oeuf avec une pincée de sel et du poivre, puis ajouter la crème de foie gras.

Verser la crème de foie gras dans des ramequins allant au four, et les faire cuire. Comptez 5 minutes de cuisson pour des ramequins de type mise-en-bouche, 10 minutes pour des ramequins à crème brûlée classiques. Laisser ensuite refroidir les crèmes à l'air libre, avant de les placer au réfrigérateur.

Saupoudrer d'un peu de cassonade et une pincée de 4 épices(facultatif) sur chaque crème, et les brûler à l'aide d'un petit chalumeau de cuisine ou en les plaçant quelques instants sous le gril du four à puissance maximale. Servir aussitôt !

 

Repost 0
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 20:39
Tournedos Rossini

Le Tournedos Rossini, un caprice de star ou un coup de génie ? Les deux sans doute. L'origine du Tournedos Rossini serait liée à la demande du fin gourmet qu'était l'auteur talentueux du "Barbier de Séville" : ajout  de foie gras et de truffes sur un médaillon de filet de boeuf épais. Selon la légende, le maître d’hôtel décontenancé devant la demande de Rossini aurait passer le plat derrière le dos des convives, d’où l’appellation de… tournedos.

Pour d'autres, c’est Casimir Moisson, le chef du restaurant de la Maison dorée qui aurait créé ce plat pour le compositeur qui était un habitué.

Quoi qu'il en soit, cette recette est parfaite pour un menu de Noël !

Ingrédients pour 4 personnes :  4 tournedos de boeuf, 4 tranches de pain de mie sans croute,  80 g de beurre, 10 cl de porto, 20 cl d'eau + 1 cuil. à café de fond de veau, 4 escalopes de foie gras crues, quelques lamelles de truffe, sel et poivre

 

Faire fondre un morceau de beurre dans une poêle chaude. Y déposer les tournedos, faire colorer à feu vif 2 mn de chaque côté. Assaisoner et réserver au chaud.

Déposer les escalopes de foie gras dans la poêle et les faire poêler 1 mn de chaque côté. Ensuite, poser les escalopes de foie gras sur les tournedos et réserver au chaud.

Déglacer la poêle avec le porto, puis ajouter un peu de fond de fond et laisser réduire. Pendant ce temps, découper les tranches de pain de mie à l'aide d'un emporte pièce rond. Les passer au grille pain et les déposer dans chaque assiette. Déposer les tournedos et escalopes de foie gras dessus.

Lier la sauce avec un morceau de beurre, puis napper l'ensemble tournedos - foie gras avec cette sauce au porto. Terminer en déposant quelques lamelles de truffes et déguster aussitôt.

 

 

 
 
Repost 0
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 20:34
Pain d'épices (d'après la recette de Thierry Mulhaupt)

L'origine du pain d'épices remonte au temps des anciens égyptiens, qui consommaient un pain au miel. Les romains consommaient aussi le "panis mellitus", un pain frit arrosé de miel, cependant ce n'était pas le pain d'épices actuel.

Le pain d'épices tel que nous le connaissons aujourd'hui aurait pour origine le Mi-Kong, littéralement pain de miel en chinois, déjà consommé au Xème siècle. Il est fait à partir de farine de froment, de miel et quelquefois relevé de plantes aromatiques. C'est au moyen-âge, lors des croisades, que les occidentaux en firent connaissance en terre sainte et en rapportèrent la recette ainsi que les épices.
Une première mention du "Lebkuchen", pain d'épices en allemand, est faite à Ulm en 1296, puis il se répand dans les monastères du Saint-Empire romain germanique : Munich où un "Lebzelter" (pain d'épicier) paye une taxe en 1370, à Nuremberg il est mentionné en 1395, Aachen, Bâle, Augsbourg...
A la renaissance, les "Lebküchler" (pain d'épiciers) étaient si nombreux en Alsace qu'ils avaient leur propre corporation dont l'emblème représentait un ours en bretzel tel celui qui se trouve actuellement au dessus de la porte d'entrée de notre atelier de fabrication.

Ingrédients pour un moule à cake : 320 g de miel de fleurs, 1 oeuf moyen, 110 g de beurre, 130 g de lait frais entier, 270 g de farine, 10 g de bicarbonate de soude (2 cuillère à café), 5 g de cannelle en poudre,  4-5 g de gingembre en poudre (ou bien des épices à pain d'épices). Pour la finition, le jus d’une orange et des tranches d’oranges confites.

Préchauffer le four à 165°.

Faire fondre le beurre au micro-ondes. Réserver.

Dans une casserole, chauffer le miel à 50°. Tamiser ensemble la farine le bicarbonate et les épices. Dans le bol du robot ou dans un saladier, faire mousser l’œuf avec le miel. Ajouter le lait puis le beurre refroidi. Incorporer ensuite les poudres et lisser le mélange à la feuille - ou au fouet si vous n’utilisez pas le robot - pour qu’il soit homogène.


Verser cette préparation dans le moule à cake en silicone ou beurré. Enfourner pendant 50 mn environ à vérifier en cours de cuisson. Démouler et imbiber au pinceau le pain d’épices encore chaud avec le jus d’orange. Décorer avec les tranches d’orange confite, une étoile de badiane.

Parfait pour déguster pour votre quatre-heures.

Pain d'épices (d'après la recette de Thierry Mulhaupt)
Repost 0
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 19:28
Orange confite au micro-ondes

Ingrédients :  1 orange, de préférence bio, 7,5 cl d'eau, 75 g de sucre en poudre

Laver l'orange et la couper en tranches d'environ 0,5 cm d'épaisseur.

Dans un récipient adapté à la cuisson au micro-ondes, verser l'eau et le sucre en poudre. Mélanger jusqu'à dissolution complète du sucre.

Ajouter les tranches d'orange.

Couvrir le récipient avec un couvercle ou avec du film plastique spécial micro-ondes.

Faire cuire à puissance maximale pendant environ 10 à 15 minutes. Vérifier de temps en temps la cuisson et remuez toutes les 2 minutes environ. Si besoin, prolonger le temps de cuisson.


Et voilà !

Repost 0
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 18:56
Confiture de Noël

Le mois de décembre et les préparatifs de Noël commencent. Voici une confiture pour les fêtes de fin d'année. Cette confiture est à base de pommes, poires, agrumes, fruits secs, noix et épices.

Ingrédients pour 6 pots de confitures : 500 g de pommes, 1 kg de poires, 1 citron bio, 2 oranges bio, 100 g de pruneaux, 200 g figues, 200 g abricots secs, 100 g dattes, 100 g raisins secs ou cranberries, 100 g d'amandes effilées, 100 g de noix de pécan, une pincée de cannelle, une pincée de gingembre, une bonne pincée des épices à pain d'épices, une étoile badiane, une gousse de vanille, 300 g de sucre à confiture (Confisuc)

Bien laver le citron et les oranges. Râper leur zeste et presser leur jus. Réserver.

Laver les pommes et les poires sans les peler. Les couper en petits morceaux, puis les mettre dans une grande casserole avec 2 verres d’eau et faire compoter à feu doux. Laisser cuire à couvert environ 20 minutes jusqu’à ce que les fruits soient bien cuits. Passer les fruits au tamis ou chinois pour récupérer uniquement le jus dans une grande casserole. Les fruits cuits serviront pour faire une compote ou un crumble.

Dans la grande casserole, ajouter les jus et les zestes d’agrumes, les fruits secs coupés en petits morceaux (sauf les noix et les amandes). Laisser reposer 12 heures (ou toute une nuit).

Au bout de ce temps, verser le jus et le mélange de fuites secs dans une bassine à confitures. Ajouter les épices et le sucre. Remuer et porter à ébullition en mélangeant et en écumant. Laisser cuire 10 à 15 minutes environ. Vérifier si la confiture a bien pris, en faisant couler une goutte sur une assiette froide. Si elle fige, la consistance est bonne. Mixer un peu pour avoir une texture plus lisse. Incorporer les noix concassées et les amandes effilées. Prolonger la cuisson encore 5 minutes.

Mettre en pots la confiture encore chaude. Retourner les pots jusqu'à refroidissement total. Une fois les pots froids, les remettre à l'endroit et faire de jolies étiquettes.

Cette confiture est parfaite avec du foie gras !

 

Confiture de Noël
Repost 0
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 21:27
Noël aux quatre coins du globe

Ça y est, le calendrier de l'Avent a été entamé ce matin et le compte à rebours a commencé : J-24. La magie de Noël, avec ses chants, ses décorations lumineuses et colorées, ses grandes tablées en famille, entre amis ! Aux quatre coins du globe, la fête la plus célèbre du monde ravit petits et grands, avec plaisir et divertissements au menu. Cependant, d'un bout à l'autre de la planète, les traditions ne sont pas les mêmes. Voici un petit tour d'horizon, des traditions culinaires de Noël à travers le monde.

En Europe

Chez nos voisins anglais, l’effervescence de Noël est à son comble, avec la confection du « Christmas pudding » ! Autour de ce dessert à base de fruits secs, d'épices et d'alcool, il y a tout un rituel ! En effet, il faut le préparer plusieurs semaines à l'avance (au plus tard, le dernier dimanche avant l'Avent) et au moment de le réaliser, chaque membre de la famille doit faire un voeu. C'est un gâteau un peu bourratif, mais ultra parfumé. Juste avant de le servir, on l’arrose de Brandy et on le fait flamber devant les convives, avant de le déguster.

En Allemagne, le "Christstollen" est le gâteau traditionnel de Noël, qui est en fait un pain à la mie dense , bien riche en amandes, en fruits secs et en fruits confits. Au moment de le manger, on le saupoudre de sucre glace. C'est un gâteau qui se conserve très bien et se mange en toutes occasions, avec du thé, du vin chaud..

En Autriche, c'est la "Sachertorte" qui joue la star à l'occasion de Noël, et pas seulement grâce à l'émission "le meilleur pâtissier". Créé au XIXème siècle, ce délicieux gâteau au chocolat à base de confiture d’abricot a été inventé par un jeune de 16 ans à Vienne, Franz Sacher.

Plus au sud, en Italie, c'est le panettone (brioche originaire de Lombardie truffée de raisins secs et de fruits confits) qui joue les stars le 25 décembre. Pour ceux qui n'apprécient guère les fruits confits ou les raisins secs, le pandoro (brioche originaire de Vérone) constitue l'alternative parfaite. On adore le déguster avec plein de sucre glace !!

Les tables de Noël au Portugal regorgent de bonnes choses à manger et plusieurs desserts sont au menu. Les plus typiques sont : le "bolo rei", c'est-à-dire le "gâteau des rois mages", en forme de couronne. Même s'il évoque l'Epiphanie, on le mange pour Noël. Encore une fois, ce sont tout d'abord les amateurs de fruits secs et de fruits confits qui vont se régaler ;les autres pourront se rabattre sur le  "arroz doce" (riz au lait parfumé à la cannelle) ; on n'oublie pas les Filhós, de gros beignets à base d'une pâte proche de celle utilisée pour le pain, souvent très légèrement parfumée à l'aguardente (littéralement "eau ardente"), l'eau de vie locale, et à l'orange.Pour conserver tout son moelleux, on incorpore du potiron dans la pâte.

 

En Amérique du Nord …

Aux Etats-Unis, Noël représente une grande fête populaire, grâce aux étrangers venus s’y installer. On suspend des grandes chaussettes près de la cheminée, on prépare des guirlandes de pop corn… le Père Noël est vêtu de rouge, il s’appelle « Santa Claus ». Une autre tradition ? La « Egg Nog », les maîtresses de maison conçoivent un riche breuvage, parfumé au rhum, avec de la cannelle, de la muscade, que les américains offrent aux invités. La dinde dégustée à la Thanksgiving fait place au rôti de bœuf à Noël. Aux États-Unis, il n’y a pas vraiment de menu traditionnel. Celui-ci diffère selon les états. Il n'y a pas qu'un seul dessert ! On prépare la tarte à la citrouille, la pumpkin pie ou encore d'adorables "Christmas cookies" au pain d'épice ou en sablés. Le gingerbread (petit biscuit à base de miel en forme de petit bonhomme) est très apprécié par les Américains. Il existe même l'équivalent de nos bûches glacées, l'Alaska (une sorte de revisite de l'omelette norvégienne). À la Maison Blanche, on prépare religieusement le Gâteau du Président, une tradition vieille de deux siècles qui remonte à Abraham Lincoln. 

En Amérique du Sud aussi…

Le Mexique ne se résume pas aux tacos et au guacamole. Entre pinata et dinde farcie servie avec une sauce au chocolat, la tradition gastronomique mexicaine est à l'honneur. En dessert, la tradition veut qu’on déguste une assiette de Bunuelos, sorte de beignets croquants et sucrés, avant de casser la poterie par terre pour se porter bonheur.

Le Brésil, pays très catholique, Noël représente la fête de la naissance de Jésus Christ. C’est bien connu, les brésiliens adorent faire la fête et voient toujours les choses en grand, très grand ! Côté table, place à la morue, à la soupe de crevettes et au poulet mariné, mais aussi à la dinde rôtie (peru assado), farcie ou accompagnée de farofa, de la farine de manioc enrichie pour l'occasion de raisins secs, de fruits secs, de morceaux d'ananas, de bacon d'olives noires... En entrée, salade appelée salpicão, à base de pommes de terre et autres légumes le plus souvent mélangés à de la mayonnaise et beignets de morue (bolinhos de bacalhau) sont au menu. Côté dessert, les gâteaux aux fruits ou aux noix (bolo de natal), les biscuits au pain d'épices (biscoitos de gengibre) et le Panettone - oui, cette spécialité italienne !

Et aux Antilles ? Les palmiers remplacent les sapins traditionnels. Le repas de Noël commence à l'apéro avec une boisson à base de Rhum appelé le Shrubb. Il s'agit d'un Rhum arrangé (écorces d'oranges macérées dans du rhum). Dans les îles, pas de dinde, place au boudin créole (fabriqué à partir de sang de porc, d’épices et de pain rassis), aux pâtés (composé d’une farce épicée à base de porc et d’une pâte brisée fondante), au ragoût de cochon (accompagné de poids d’angole - petite graine verte, blanchâtre ou roussâtre de la famille des légumineux - d’ignames et de riz). Mais le cœur de la fête demeure le « prône », un pain composé de patates douces, de potiron, sucre, vanille, raisin, entouré d’un bon beurre fait maison. En dessert, on retrouve la bûche mais aux accents antillais comme une bûche à la crème de coco ou bien le flan coco (à base de lait de coco, de lait concentré, d’oeufs et de cannelle). Le flan au coco, très apprécié par les antillais, se déguste sans modération durant les fêtes de Noël.

En Afrique

Un continent où la religion est très présente, la famille est à l’honneur. Alors, en marge de toutes considérations économiques, Noël reste une période dédiée aux repas de famille et à la fête, un vrai moment de partage et de convivialité. Les enfants sont gâtés, et non les adultes comme en Occident.

Au Cameroun, on se réunit autour d'un poisson braisé ou poulet rôti accompagné de bananes plantain et on déguste le Nkono Ngond (gâteau à la pistache).

Les Kényans célèbrent Noël en faisant griller une chèvre, qu’ils consomment de suite en famille, le Nyama Choma. Ce plat traditionnel de Noël est préparé de préférence avec de la viande de chèvre, mais aussi avec de la viande de bœuf, accompagné de chapati (pain d’origine indienne) et de chutney.

La communauté chrétienne du Sénégal célèbre Noël autour du tiep bou dienn, plat national fait à base de riz, de poisson, de sauce tomate et de légumes.

A Congo, le saka-saka (plat à base de poisson ou crevettes et de feuilles de manioc) est dans toutes les assiettes.

En Afrique du Sud, un riche et somptueux menu comprenant un cochon de lait ou un rôti de bœuf, une dinde, du riz jaune, des légumes et des desserts fait habituellement parti du traditionnel dîner de Noël.  Les Sud-Africains se réunissent ensuite sur la plage et profitent des eaux chaudes pour se baigner.

En Asie

Au pays du soleil levant, au Japon, le Noël c’est « Santa Karushu », en référence au Santa Claus américain apportant des cadeaux aux enfants. Sa particularité ? Il aurait les yeux derrière le dos ! Vous l’aurez donc compris, le Noël au Japon est avant tout une fête moderne et marketing ! Et pour le menu de Noël ? C'est KFC ou rien. Dans les années 1970, les occidentaux expatriés au Japon cherchaient des dindes ou poulets entiers pour déguster les 24 et 25 décembre. À l'époque, la chaîne KFC était la seule à en proposer. Cette tradition s'est étendue au fur et à mesure et, aujourd'hui, beaucoup de Japonais consomment du poulet rôti à Noël, ce qui arrange bien KFC qui multiplie ses ventes par 5 à 10 pendant cette période. En dessert, les Japonais aiment également de plus en plus s'offrir un christmas cake.

Alors que les Chrétiens ne représentent que 2% d’une population de plus d’un milliard, Noël est devenu aussi populaire et festif en Inde. Son nom en hindou est « bada din », ce qui veut dire « grand jour ». Noël en Inde est un mélange de traditions propres à leur pays et de traditions d´autres pays. Le manguier ou le bananier orné de boules de Noël remplace le sapin. Les maisons sont décorées avec des guirlandes lumineuses. La fête de Noël commence dans beaucoup de familles hindous par la visite de la messe de minuit qui dure 2 à 3 heures. Le matin de Noël, on offre avec tous les vœux de bonheur et de réussite un citron au chef de la famille. Le repas est servi en plein air. Les tables sont recouvertes de nappes avec en décoration des feuilles de mangues tressées. Le riz au curry est servi dans des marmites en argile, les différents légumes dans des bols et la viande épicée dans d´immenses poêles. On n'oublie pas les desserts : Allahabadi cake (ce gâteau, qui tient son nom d’une ville du nord de l’Inde, est une recette de Noël populaire dans le pays. Il est préparé à base de farine, de sucre, de petha (sucreries typiques de l’Inde), de confiture, de noix, de gingembre et de fenouil),  les  Kulkuls (cookies de noix de coco). 

Les Philippines comptent 80 % de catholiques, ce qui explique que Noël soit très célébré dans ce pays d’Asie. Les célébrations durent 9 jours et le repas de Noël se compose généralement d’un grand buffet garni de "bibingka" (gâteau de manioc au coco et au fromage), des gâteaux de riz aux œufs grillés que l’on peut aussi déguster dans la rue, de "putò bumbòng", du riz cuit à la vapeur dans un morceau de bambou, ou encore de jambon de Bola, du jambon blanc enrobé de miel, le tout arrosé de café, de salabat (thé au gingembre) ou de tsokolàte (un chocolat épais et brûlant).

Le meilleur pour la fin : l'Océanie

Noël est synonyme de "grandes vacances". Noël rime donc avec été, vacances, famille et détente en Nouvelle Zélande comme dans d’autres pays de l’Hémisphère Sud. Le 25 décembre, on organise des barbecues géants, avec grillades de viandes ou poissons, sans oublier le jambon cuit. Chez certaines familles, la dinde rôtie est de rigueur, accompagnée de frites ou de Kuruma au four (équivalent des patates douces). En dessert, on mange le dessert traditionnel : le Pavlova, à base de meringue et recouvert de crème et de fruits frais (kiwis). On raconte que l’origine de cette recette doit son nom à la célèbre danseuse russe Anna Pavlova qui se rendit en Nouvelle Zélande en 1920. Bien entendu, le pudding de Noël figure également sur la carte des desserts. Après le repas, on passe l’après-midi à la plage. Au programme, bodyboard, surf, balade, bronzette, pêche, jeux de ballons, plongée en tuba, etc…

Toutes ces traditions sont fantastiques. Elles mêlent religion et légendes locales, apportant ainsi à chaque pays une atmosphère particulière au temps des fêtes de fin d'année. Où que vous soyez n’importe où dans le monde, passez d’excellentes fêtes de fin d’année, continuez à regarder la magie qu’opère Noël avec vos yeux d’enfants, et passez de bons moments entourés de vos proches.

 

Joyeux Noël à tous !

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Repost 0
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 18:26

Bientôt Noël ! Super, un dessert qui se prépare la veille ou l'avant-veille.

 

Ingrédients pour 6-8 personnes :

Pour la génoise : 100 g de farine, 100 g de sucre semoule, 5 oeufs, 1 sachet de levure chimique

Pour la garniture : 350 g de crème de marrons, 200 gr de chocolat noir, 75 g de beurre, 100 g de brisures de marrons glacés, décorations de Noël.

 

 

Préchauffer le four à 220 °C.

Séparer les blancs des jaunes d'oeuf. Dans un saladier, mélanger les 4 jaunes d'oeuf avec le sucre, puis battre le tout. Rajouter ensuite la farine en continuant à remuer, puis la levure.

Monter les 4 blancs d'oeuf en neige et les incorporer à la préparation doucement sans casser les blancs.

Verser la pâte sur un moule plat tapissé de papier sulfurisé, et faire cuire pendant une dizaine de minutes à 160-180°C.

Une fois la pâte colorée et cuite, la placer sur un torchon humide, et l'enrouler dans le torchon afin de l'assouplir. Laisser refroidir.

 

Faire fondre au bain marie ou micro-ondes le chocolat-coupé en morceaux avec le beurre. Réserver et laisser refroidir pour obtenir une consistance souple mais pas trop pour pouvoir l'étaler sur la bûche.

Dérouler la pâte à biscuit et étaler dessus la crème de marron et quelques brisures de marrons glacés. Rouler le biscuit, et positionner la jointure en-dessous. Positionner la bûche sur un plat et l'enduire avec le mélange chocolaté à l'aide d'une spatule. Mettre au frais (enrouler un papier d'aluminium).

Mettre les décorations au dernier moment.

 

 

Repost 0
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 18:16


Ingrédients : 150 g de chocolat noir (à 70 %), 100 g de chocolat au lait, 250 g de crème de marrons, 150 g de beurre, 75 g de sucre ­semoule, 4 œufs, 1 cuil. à soupe de farine,

Pour le décor : cacao en poudre + marrons au sirop ou marrons glacés

 

 

Préchauffer le four à th. 3 (90°).

Casser les chocolats en gros morceaux et les faire fondre au bain-marie ou au micro-ondes. Bien mélanger à la spatule, ajouter le beurre en morceaux et mélanger encore. Incorporer la crème de marrons et fouetter pour que la préparation soit homogène.

Ajouter les jaunes d'oeufs un à un (réserver les blancs dans un saladier) en fouettant entre deux. Fouetter les blancs en neige ferme et incorporer le sucre sans cesser de battre.

Verser la préparation choco-marrons sur les blancs et mélanger délicatement à l’aide d’un fouet à main. Verser la pâte dans un moule en silicone, mettre au four et laisser cuire 1 heure. Retirer le gâteau du four et laisser reposer 10 min. Le démouler sur une grille et laisser complètement refroidir. Au moment de servir, poudrer alors toute la surface de cacao en poudre, poser dessus des marrons au sirop bien égouttés. Accompagner de chantilly ou de crème anglaise.

Repost 0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 19:59
Paupiettes napolitaines (Polpetine)

Voici une belle recette italienne inspirée par le carnet de voyage de Julie Andrieu.

Ingrédients pour 4 personnes : 4 escalopes fines de veau, 1 botte de persil plat, 2 gousses d’ail, 1 branche de romarin, 1 boîte de purée de tomates, 100 g de parmesan râpé, 20 cl de vin blanc sec, 2 morceaux de sucre, 1 cuil. à soupe d’huile d’olive, sel, poivre

Aplatir les 4 escalopes (ou demander à votre boucher de le faire).
Rincer le persil, peler l’ail et les hacher ensemble. Mélanger ce hachis avec le parmesan râpé. Répartir le mélange sur les escalopes, les rouler sur elles-mêmes et les maintenir avec une pique en bois (type cure-dents).
Faire chauffer l’huile dans une cocotte puis mettre les paupiettes à dorer. Arroser de vin, porter à ébullition et laisser réduire 5 min. Ajouter la purée de tomate, le sucre et le romarin, saler, poivrer et laisser mijoter 35 min à feu doux. La sauce doit réduire et devenir onctueuse.
Servir avec des pâtes.

Repost 0